Noir Bleu

Noir, c’est l’encre de chine

Bleu, c’est l’huile cobalt clair

Comme à la rencontre entre Atlantique et Pacifique, le mélange ne se fait pas entre le noir et le bleu.

Et pourtant…

 

Je travaille régulièrement ces deux matières depuis 2011, le plus souvent dans une économie de moyens : un coin de table et du papier, 3 pinceaux, un couteau, un carton de bois et ces 2 matières.

NOIR BLEU 

Un grand tourment de vigne

A signé la distance

Tu regardes le chien

Tu regardes tes mains

Et là au souvenir des poignets égarés

Tu les vois

Dans le silence égaré des bruyères

Légères elles sont là

Dans l’absolu silence de la nuit retrouvée.

(Paule-Elisabeth Oddéro, L U C I O L E S)

BLEU NOIR 

Il n’y a rien sur la voie

Que la rigidité de la constellation

Elles tournent elles tournent

Dans le bleu

Mais qui peut dire le bleu

Puis tombent sur la terre

Sans tomber

Leurs ailes immobiles

Ont eu raison

Du noir

Mais qui peut dire le noir

Ce destin nécessaire

Malignement tout près

Tu cherches la lumière

Elle est là à tes pieds.

C’est le bleu c’est le noir

Tu tombes

(Paule-Elisabeth Oddéro, L U C I O L E S)

NOIR BLEU 2020 , c’est la production du confinement du au Covid-19.

Je suis à la maison, j’ai ramené de l’atelier de quoi travailler , les conditions sont réunies et soixante dessins seront réalisés. 

Mi avril, je craque et retourne travailler une fois par semaine à l’atelier. Le rideau est tiré , je déroule un papier toilé spécial huile et fixe une brosse sur un manche à balai …

Le papier se détend en partie, mais il gondole . Je trouve cela intéressant car cela donne vie à ma peinture. 

Quand on décide de s’abandonner face au papier, il y a un moment où l’on ressent sa liberté. Celle-ci se traduit lors par nos gestes, parfois dans une violence, parfois dans une retenue maitrisée, mais il se produit une sorte de moment de grâce que l’on aimerait jamais interrompre. 

Quelques jours plus tard , je cherche un accrochage qui permet de conserver ce volume.  

Paysage enroulé 130x97cm est prêt. 

Noir bleu paysage enroulé 130x97cm

De retour à l’atelier en mai et juin 2020,  le dessin se complexifie, les paysages réapparaissent , le bâton de fusain revient. 

Un port, un pont, une grue 50x60cm
Parc à huitres 40x40cm
Parc à huitres 30x40cm
Noir bleu 50
A la vitesse d'un cheval au galop 30x40cm

OCTOBRE 2020 – Je travaille de nouveau avec mes spalters plein d’encre ou d’huile colbalt et voilà , la mains plus ou moins légère me donnera le ton.  Les passages s’accumulent, se chevauchent, s’étiolent, sont bus par la fibre mais ce qu’on retiendra des ces peintures à la fin seront ces espaces blancs abandonnés au papier et qui donneront le rythme. 

 

waves 9 40x50cm
Waves 10 40x50cm
Waves 3 40x50cm
Waves 6 60x80cm
Waves 13 60x80cm
Wave 12 60x80cm

Par hasard je retombe sur une vidéo prise à bord du bateau pour Ouessant … je suis frappée par cette écume qui vient hacher la mer . C’était il y a presque 3 ans (déjà), je me demande si le lien que l’on peut faire avec mes peintures est fortuit … 

FRAGILE 

Fragile, c’est le scotch de transport aux lettres rouges , c’est aussi une manière de mettre l’accent sur cette nature évoquée dans ma série waves. 

Je l’ai utilisé de façon fortuite pour montrer un grand papier dans la vitrine de l’atelier ,  j’ai bien aimé le symbole, pourquoi ne pas l’utiliser sur tous mes grands formats ? 

Waves 190x126
Waves 162x130cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *